Monsieur le Recteur, Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
Monsieur le Député,
Madame la Députée honoraire,
Monsieur le Vice-Président du Conseil Général,
Madame la Maire adjointe,
Mesdames et messieurs les membres du Conseil d’Administration,
Mesdames et messieurs les professeurs,
Mesdames et messieurs les parents d’élèves,
Chers élèves,


Bonsoir et bienvenue à toutes et à tous dans cette salle pour la cérémonie - la première du collège Jean Vilar – de remise des diplômes du brevet.
C’est pour moi un véritable plaisir et un réel honneur que d’ouvrir de quelques mots cette cérémonie et, en tant que principal du collège Jean Vilar de La Courneuve, de me réjouir avec vous de cet événement, présidé par Monsieur le Recteur de l’Académie de Créteil, Jean-Michel Blanquer, qui nous honore de sa présence.

Pendant longtemps en France, les élèves qui obtenaient leurs diplômes les recevaient par la poste et quittaient leur ancien établissement dans la discrétion. Sans tomber dans les cérémonies anglo-saxonnes avec toges et lancer de bonnets carrés, la situation change maintenant, puisque ce sont les établissements qui remettent directement à leurs anciens élèves diplômés leur sésame. Nous avons donc décidé de manifester avec la solennité qui convient ce soir le succès de nos élèves.

Pour vous, chers lauréates et lauréats, la cérémonie de ce jour constitue à n’en pas douter un moment marquant de votre vie. Nous sommes réunis ce soir pour vous manifester la fierté qui nous anime d’avoir vu votre parcours au collège Jean Vilar récompensé. Nous célébrons ici votre réussite. Chers lauréates et lauréats, je vous adresse donc mes plus chaleureuses félicitations pour ce parcours accompli avec succès et j’adresse de francs remerciements à celles et ceux qui se sont déplacés, pour être ici avec nous, démarche qui traduit leur attachement au collège Jean Vilar.

Le passage au collège n’est pas anodin et, comme le dit André Brugel, « Le collège façonne un être plus qu’on ne le croit. C’est pendant les cours (…) que les hommes sont marqués pour la vie ». Aussi, s’il est bien quelque chose que je vous demande de retenir du collège, ce sont les valeurs, valeurs de la République, que nous vous avons enseignées. Je vous demande de les faire vivre et de les transmettre à votre tour autour de vous, d’en être les ambassadeurs dans les années futures.

Cette année, avec un taux de 67% de réussite au DNB, Diplôme National du Brevet, les résultats du collège Jean Vilar sont honorables. Classé collège en Réseau Ambition Réussite, Jean Vilar se distingue par la qualité de son enseignement, mais aussi par son ouverture sur le monde, sur la cité, attestée par la création cette année d’une classe sportive Flag football américain, en partenariat avec l’équipe des Flashs de La Courneuve, et par la création d’une classe à horaire aménagé théâtre, en partenariat avec le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. Ces créations ne sont que le prolongement du pôle d’excellence du collège.

Celui-ci s’incarne dans un projet particulier, d’une grande envergure et fédérateur, qui regroupe plusieurs enseignants sur plusieurs classes et qui concerne tous les niveaux. Ce projet global intitulé « THEA » se situe dans le cadre du Réseau Ambition Réussite. Il est porté par une équipe de professeurs de Lettres modernes et regroupe une pluralité d’actions impliquant, aux côtés du collège Jean Vilar de La Courneuve (93), plusieurs partenaires : la Comédie Française (75), le Théâtre de La Commune d’Aubervilliers (93) et la Compagnie Lalasonge.

Ce projet global et fédérateur répond en premier lieu à des critères et à des lignes de force longuement réfléchis, clairement définis et en totale concordance avec le projet d’établissement.
Le projet d’établissement a établi ce qui suit. Tout d’abord, la maîtrise de la langue française constituera un pôle d’excellence. Ensuite, les classes de sixième devront être porteuses d’un projet artistique et culturel ou scientifique. Enfin, pour favoriser la réussite des élèves et garantir l’égalité des chances, pour éviter le décrochage scolaire, nous aurons, tout au long du parcours de l’élève, à favoriser l’accès à la culture et à renforcer des pratiques culturelles et artistiques avec des professionnels. La mise en place des partenariats avec les théâtres mentionnés s’inscrit bien dans cette perspective.

Il faut encore ajouter que le projet « THEA» a également vocation à renforcer les échanges avec les parents d’élèves, puisqu’il inscrit dans son projet la parentalité : il s’agit là encore de garantir l’égalité des chances et de lutter contre l’échec en impliquant dans la dynamique engendrée par ce projet les parents d’élèves, soit en les associant pleinement au développement annuel du projet, soit en les conviant aux spectacles, en qualité d’accompagnateurs, et aux réalisations finales de leurs enfants.

En outre, nous souhaitons que le projet « THEA » ouvre des perspectives d’éducation à la citoyenneté au travers de la découverte des métiers. Il s’agira pour un certain nombre d’élèves des classes de troisième de suivre des stages professionnels et de découvrir tous les métiers liés au monde du théâtre, les métiers du spectacle bien sûr, mais aussi de l’édition ou encore de l’administration.

Ainsi, dans le cadre du projet « THEA », plusieurs actions portées par des professeurs investis et impliquant les équipes pédagogiques des classes concernées mettront en avant tel ou tel aspect de la philosophie du projet. Grâce à ces dominantes choisies qui feront varier et vivre le projet, l’ensemble des critères sera respecté et aboutira à l’accomplissement et l’épanouissement des élèves. Chers lauréates et lauréats, votre réussite nous conforte dans notre volonté farouche de miser sur une pédagogie ambitieuse et innovante à travers ces classes et ces projets expérimentaux.

Mais, comme vous en avez sans doute déjà fait l’expérience en ce nouveau début d’année scolaire, l’apprentissage ne s’arrête pas après l’obtention du brevet. Vous devez continuer aujourd’hui à faire germer et fructifier vos talents. Toutefois, même si le DNB n’est pas une finalité en soi et ne marque que le début d’un processus de vérification et de validation des acquis des élèves, il n’en reste pas moins une étape importante dans la vie d’un élève. C’est l’année du premier exercice de grandeur nationale où vous composez en même temps que tous les autres élèves de votre classe d’âge, sans oublier que votre diplôme valide onze années de scolarité et que, onze ans, c’est toute une vie quand on a votre âge.

Je tiens donc très sincèrement à vous renouveler toutes mes félicitations pour vos brillants résultats. Ces félicitations s’adressent aux jeunes diplômés bien sûr, mais je sais, et ils savent, que sans le travail formidable, et souvent difficile, des équipes et du corps enseignants, ils n’auraient pu recevoir ce savoir et ce diplôme. Il est donc important de remercier tous les professeurs de leur formidable travail et de leur remarquable investissement. Julien Green écrit : « Les professeurs sont irremplaçables : ils vous apprennent à apprendre ». Vos professeurs vous ont ainsi accompagné dans une période cruciale de votre développement, vous ont soutenu durant plusieurs années. Ce n’est pas une tâche facile ! Il y a parfois des incompréhensions, des tensions, des heurts. Mais, aujourd’hui, grâce à leur engagement, leur motivation, leur performance, vous êtes là, le brevet en poche, la suite de votre scolarité à concrétiser et la vie devant vous. Gageons que ce que vos professeurs vous ont transmis vous accompagne tout au long de cette vie. Je tiens également à souligner le travail acharné de la vie scolaire, des conseillères principales d’éducation, des conseillères d’orientation psychologues, de l’assistante sociale ou encore de l’infirmière, qui n’ont cessé de vous soutenir dans votre scolarité, de lutter contre vos défauts ou mauvaises habitudes et qui ont toujours cru en votre perfectibilité. À cela s’ajoutent les tâches accomplies quotidiennement par tous les agents d’entretien qui ont su faire preuve de patience et sans lesquels la vie du collège ne serait pas la même. Ainsi tous les membres de l’établissement ont su, à leur degré, participer à votre parcours dans le collège et à votre réussite.

J’ai parlé ce soir des anciens élèves de troisième qui recevront tout à l’heure leur Diplôme National du Brevet. Je voudrais également dire quelques mots à l’attention de nos cinq élèves nouvellement arrivés en France qui ont brillamment décroché le DELF, Diplôme d’Études en Langue Française. Le DELF est un diplôme de niveau A2 du cadre européen de référence pour les langues. À eux qui ont accompli de remarquables efforts pour apprivoiser et apprendre la langue française, je leur dis un grand bravo et leur souhaite de poursuivre leurs études avec la même détermination.

Pour finir, parce que nous avons pris également le parti de développer et de renforcer l’apprentissage des langues au travers des classes bilangues et des classes européennes, je pourrais terminer en vous souhaitant bonne chance, viel Glück, buena fortuna, mais cette année, permettez-moi d’oser un « yes, you can » car « yes, you did it » !
Le Principal